vous lisez...
Censure, Dieudonné, Dissidence, France, Vidéo

CENSURE : Dieudonné a été banni de YouTube et on ne saura jamais vraiment pourquoi..

Dans une vidéo intitulée « Feu Foley » diffusée sur YouTube début septembre, l’humoriste décrié Dieudonné ironisait sur la décapitation du journaliste américain James Foley par un djihadiste de l’Etat islamique.

Il comparait cette décapitation à un symbole du « progrès », un « accès à la civilisation », rappelant des faits historiques tels que la décapitation de Louis XVI par les révolutionnaires ou celle d’indigènes africains par l’armée du colon français venu « civiliser l’Afrique noire ».

Cette fois, Dieudonné est manifestement allé trop loin : YouTube a banni de sa plateforme la chaîne « iamdieudo », qui a depuis migré sur le clone russe « RuTube ».

Les fans et les détracteurs qui se rendront sur le compte YouTube de l’humoriste pourront dorénavant lire ce message :

« Ce compte a été clôturé suite à des cas graves ou répétés de non-respect du règlement de la communauté et/ou des réclamations pour atteinte aux droits d’auteur. »

Cela fait pourtant des années que Dieudonné poste sur sa chaîne des vidéos dont le contenu a souvent fait débat et choqué. La justice française l’a obligé en février à retirer deux passages d’une de ses vidéos. Un mois plus tôt YouTube prenait l’initiative de retirer la chanson « Shoah nanas » pour laquelle Dieudonné avait également été condamné.

Choquante, la vidéo « Feu Foley » est rapidement retirée par YouTube et le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « apologie d’actes de terrorisme ». Plusieurs clones diffusés par les fans ont été visionnés des dizaines de milliers de fois avant d’être minutieusement éradiquées par la plateforme.

On ne « commente pas les cas particuliers »

Mais les choses ne se sont pas arrêtées au bannissement d’une seule vidéo : c’est carrément le compte de l’humoriste (et donc sa chaîne) qui ont été retirées par YouTube. Après tant de polémiques et condamnations, pourquoi maintenant ? Pourquoi cette vidéo ?

Du côté de YouTube France, on refuse de commenter les cas particuliers – la réponse classique de l’entreprise. Impossible de connaître les raisons précises du bannissement de Dieudonné.

On peut donc tenter de deviner en épluchant plus sérieusement le mécanisme de modération. Au téléphone, on nous récite ce qui est écrit sur le site. Mais là encore, tout est très vague. On s’interroge, on s’étonne même, bien qu’il soit de notoriété publique que les entreprises du Web social font un peu ce qu’elles veulent sur leur plateforme.

La modération, la « boîte noire du Net »

On a beau chercher dans les pages de règlement et de conditions générales d’utilisation ou dans la presse des deux côtés de l’Atlantique, impossible de percer à jour les subtilités des mécanismes de modération, et par là-même les critères de suppression d’un contenu. Au téléphone, Me Olivier Itéanu, spécialiste des questions numériques, y va sans détour :

« Vous ne trouverez rien. Personne ne sait comment ils modèrent : c’est la boîte noire du Net. Qui décide quoi, on l’ignore. A partir du moment où l’on accepte les conditions générales de ces entreprises, on se soumet à leur environnement et à leurs pratiques. »

Pas grave, on va creuser quand même. On repart donc sur le cas Dieudonné, et d’une supposition : c’est bien la vidéo « Feu Foley » qui a déclenché le blocage du compte puisqu’il intervient quelques jours après le retrait de la vidéo.

La communication ne lâchera rien

On l’a vu dans le message d’avertissement de YouTube, c’est le fait de poster des contenus jugés offensants de manière « répétée » qui peut entraîner le bannissement d’une personne. On décroche donc à nouveau le combiné pour demander des précision à YouTube sur leur définition de la répétition.

« Pas de chiffre précis à donner. »

On insiste, mais rien à faire, la communication ne lâchera rien. Elle est pourtant importante cette question de la répétition. Si elle est fixe, le nombre de violations constituant un motif de bannissement s’applique à tous, de manière non-discriminée, sans considération pour la personne en cause ou la nature des violations.

Si tel était le cas, cela ne coûterait pas grand chose de révéler cette information. On peut donc logiquement déduire de l’attitude de YouTube que le chiffre n’est pas fixe : la décision est arbitraire. Une présomption que nous confirme Dailymotion également contacté, reconnaissant que ces décisions sont prises chez eux « au cas par cas ».

La haine raciale vaut-elle le « piratage » ?

Les motifs de retrait d’un contenu sont multiples : il peut s’agir d’un appel à la haine raciale, une violation des droits d’auteur, du droit à l’image, la diffusion d’images offensantes (trop sexuelles, humiliantes, violentes…). Autant d’infractions surveillées avec assiduité par les hébergeurs, et toutes également sanctionnées par une suppression pure et simple.

Qu’en est-il du bannissement d’un compte, mesure plus violente et définitive puisque toutes les vidéos, la chaîne et les cercles sociaux sont d’un coup effacés ? Sera-t-on davantage clément avec un utilisateur épinglé à plusieurs reprises pour violation du droit d’auteur qu’avec celui qui diffuse des messages haineux ?

Là encore, aucune réponse n’est donnée, ni sur le site, ni par la communication de YouTube qui saute en revanche sur l’occasion, en invoquant l’incomparable Rihanna, pour nous détailler le système du Content ID qui permet de détecter les copies protégées. Mais pas un mot sur la haine raciale.

Chez Dailymotion, on sent également que la question est sensible : on élude en nous expliquant que ce sont deux choses différentes, et que leur signalement ne s’effectue pas de la même manière.

Mais au fait, qui décide ?

Les petites mains de la modération, ce sont « nos équipes », nous dit-on chez YouTube au premier appel. Le second est un poil plus précis : les « équipes de Google ». Des effectifs qui sont « un peu partout » et dont nous n’aurons pas le nombre exact. Ce sont donc des employés en open-space, casque branché, souris greffée et yeux rivés, qui vérifient chaque jour les contenus signalés par les internautes et ont droit de vie ou de mort numérique.

« Des spécialistes » sur ces questions « pas faciles ». Mais on n’ira pas jusqu’à nous donner leur profil de recrutement, et on a du mal à les imaginer experts en droit.

A Dailymotion, on est beaucoup plus précis. La plateforme française a dix agents qui se relaient nuit et jour, semaine et week-end. Ces équipes s’occupent à la fois de la modération des contenus signalés et de l’assistance technique en ligne. Et ils sont plus techniciens que juristes.

Aux Etats-Unis, des journalistes établissaient sur un centre de YouTube une moyenne de cinq millions de vidéos visionnées par 4 800 employés en un seul mois, soit 1 000 vidéos par mois et par employé. A Dailymotion, on nous donne le chiffre interne de quelques centaines de contenus par semaine à se partager entre employés.

Les employés font appel au « bon sens »

La décision est simple lorsqu’il y a une décision de justice : YouTube, comme la plupart des hébergeurs, respecte généralement la décision de justice nationale et procède au retrait du contenu condamné. Dailymotion nous précise qu’ils sont tenus, à la lecture des textes, de retirer tout contenu au « caractère manifestement illicite ».

Il y a donc une appréciation de la part des employés modérateurs, qui font appel au « bon sens ». Mais ce ne sont pas des juristes, et toute violation n’est pas manifeste. L’appréciation devient donc beaucoup plus complexe lorsqu’elle doit mettre en balance la liberté d’expression avec des délits comme l’incitation à la haine. Ce qui nécessite des semaines de travail à la justice et aux différents garde-fous de nos sociétés doit être réglé en quelques minutes par les hébergeurs.

On en revient au cas Dieudonné, connu pour jouer habilement des non-dits, suggestions et ambivalences. Suffisamment pour que le débat sur la portée antisémite et négationniste de son discours fasse débat en France pendant plusieurs mois. En le bannissant sans décision de justice, YouTube exerce un droit d’appréciation de ce qui relève de la liberté d’expression sur sa plateforme, et d’une certaine manière – de par son extraordinaire popularité – dans la société.

Dieudonné, le 5 septembre 2013 au théâtre de La Main d’or à Paris (Audrey Cerdan/Rue89)

Dailymotion de son côté nous explique que les employés, forgés par l’habitude, savent reconnaître les violations manifestes. Lorsque le sujet est trop sensible, ou l’appréciation trop complexe, ils en réfèrent à un supérieur plus compétent sur ces questions.

Les hébergeurs garants des libertés sur le Net

La question de la compétence de ces entreprises pour de telles décisions est logiquement posée. Mais il y a également celle des motivations. Lorsqu’on ajoute l’arbitraire à l’opacité, les décisions de bannir tel contenu ou telle personne peuvent rapidement trouver leur fondement sur des logiques politiques ou de communication.

Pour Dieudonné par exemple, il est impossible d’établir si la vidéo litigieuse était simplement « celle de trop » selon les standards de l’entreprise, ou si le bannissement du compte n’est que le résultat du préjudice porté à l’image de YouTube qui héberge la « Dieudosphère » plus que décriée dans l’Hexagone. Me Itéanu confirme :

« Il est absolument impossible de le savoir. De manière générale, les questions relatives aux contenus sont soumises aux exigences de la liberté d’expression. Mais ces entreprises sont également très sensibles aux problématiques financières et d’image. C’est complètement arbitraire. »

Les hébergeurs pourraient également se laisser aller au « monitoring », au suivi attentif de comptes récidivistes ou sensibles médiatiquement, et à une différence de traitement selon des intérêts variables. Dailymotion nous assure qu’ils n’ont aucun système de surveillance. Pour YouTube, nous ne saurons pas.

« On est plus dans un Etat de droit »

Le signalement et la modération, qu’ils soient ceux de YouTube, Facebook et autre Twitter, paraissent essentiels au Web social. Peu de gens souhaiteraient que tous les sites et réseaux ressemblent à 4Chan, forum anonyme anglophone, justement baptisé « le trou du cul du net ». Difficile de consentir pour autant à l’opacité qui entoure les processus.

Ils sont d’ailleurs bien moins inoffensifs qu’on se plaît à le croire en Occident. Au Vietnam, l’Etat se livre a une véritable censure masquée via Facebook, payant des agents et des individus pour « signaler un abus » sur des pages et comptes dissidents et les faire bloquer par les algorithmes et le personnel de l’entreprise.

Personne à Rue89 n’a vraiment envie de défendre Dieudonné, mais quitte à ne plus l’entendre, on aimerait au moins en connaître les motifs exacts. Les libertés sont essentielles, et comme le résume Olivier Itéanu, « sur ces plateformes, on n’est plus dans un Etat de droit ».

source : rue89.com

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laissez vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nous sommes..

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 202 autres abonnés

Articles a ne pas manquer

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

société

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

Les « maîtres » du monde ?!

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE :

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

EUROPE :

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

FRANCE :

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

Théorie du genre :

 SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

santé publique :

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

Religion

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

Satanisme :

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

Nouvelle Technologie

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

MUSIQUE :

PEOPLE ► Messages subliminaux dans les clips de rap, Maitre Gims "crache le morceau" (vidéos)

Le combat d’un homme :

► Bruno Boulefkhad, un homme qui se bat seul contre la Société Générale, jusqu’à la mort ?

Note a nos lecteurs :

Depuis le 15 avril toutes les publicités sur le blog sont indépendantes de notre volonté a l'exception du site technikpiecesautos.com partenaire direct de la #Stvirtuelle.
La rédaction de la #StreetTeleVirtuelle.

%d blogueurs aiment cette page :