vous lisez...
Angleterre, Ecosse

INTERNATIONALE : Et si l’Écosse disait oui à l’indépendance ?!

Les Écossais voteront par référendum le 18 septembre pour répondre à la question « Souhaitez-vous que l’Ecosse devienne un pays indépendant ? ». Depuis quelques jours, les courbes des sondages se sont rapprochées et le oui est en tête selon certains instituts. Comment l’expliquer ? Que se passerait-il en cas de victoire des indépendantistes ? Éclairage de Barthélémy Courmont, chercheur associé à l’IRIS.

C’est un dilemme shakespearien qui est en train d’animer les derniers jours de la campagne pour le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. Les électeurs qui devront se prononcer le 18 septembre semblent ainsi rejouer la scène d’Hamlet s’interrogeant sur sa propre existence.

Sauf que la question a évolué d’un « l’indépendance ou la mort » pour les partisans du Yes et « le maintien dans l’union ou la mort » pour les partisans du No à un collégial « l’indépendance ou l’autonomie ».

Londres s’apprête à vivre de difficiles mois de négociations

La faute – ou le mérite – à de récents sondages qui marquent un retour en force des indépendantistes du Scottish National Party – SNP (dont il convient de rappeler que la dernière victoire électorale n’avait pas été annoncée par les instituts de sondage) et d’un soutien pour le Yes qui progresse à grande vitesse ; et à la panique du camp des unionistes du « Better together » avec des promesses à tout rompre pour éviter ce qu’ils estiment être le pire.

Résultat, les Écossais voteront le 18 septembre soit pour l’indépendance de l’Écosse après plus de trois siècles dans le Royaume-Uni, soit pour une autonomie qui pourrait être d’une ampleur inédite en Europe.

Dans les deux cas, Londres s’apprête à vivre de difficiles mois de négociations avec Edimbourg, et le SNP peut d’ores-et-déjà parler de victoire (si le Yes l’emporte) ou de succès (si c’est le No qui arrive en tête) tant ces négociations se feront à son avantage.

Alex Salmond a toutes les raisons de jubiler. Le Premier ministre écossais, héraut du Yes et peut-être demain héros de l’Ecosse, est désormais en position de force. Il a d’ailleurs immédiatement dénoncé les nouvelles offres de Londres sur une plus grande autonomie et des compétences renforcées dans plusieurs domaines pour le Parlement écossais, jugeant qu’il en faudrait plus.

Le grand marchandage est en marche, le Royaume-Uni est en solde et les électeurs écossais peuvent se permettre de faire la fine bouche.

La campagne calamiteuse du No

Comment le camp du No, largement en tête depuis le début de la campagne, est-il arrivé à une telle déroute ? La faute sans doute à une arrogance coupable de Westminster et de Downing Street, assurés jusqu’à il y a encore quelques jours que la victoire était acquise.

Fort de sondages qui lui étaient très favorables, David Cameron accepta il y a 18 mois la tenue de ce référendum, pensant que le résultat serait une humiliation retentissante pour Salmond et les siens. Il accepta aussi que la question porte de façon explicite sur l’indépendance, là où les constitutionnalistes auraient pu le seconder pour trouver une parade sans doute grossière, mais habile.

S’en suivit une campagne calamiteuse pour le camp du No, dont le seul argument était une mise en garde aux accents menaçants, là où de vrais débats de société sur le thème pourtant habilement trouvé du « Better together » auraient pu avoir plus de succès.

Le Premier ministre britannique porte une responsabilité immense. Ses sorties sur le sujet se soldèrent quasiment à chaque fois par un renforcement des soutiens au Yes.

L’implication de Cameron pourrait avoir un effet contre-productif

Le NSP est même parvenu à ce qui semblait encore impensable il y a quelques semaines et pourrait ironiquement sceller la victoire du Yes : pousser David Cameron à entrer de plein pied dans la campagne.

Il peut paraître à première vue normal que le Premier ministre britannique s’implique, et compte-tenu de la situation, le fasse toutes affaires cessantes. Sauf que le parti conservateur est très faible en Ecosse, bastion solide des Travaillistes, et que Cameron y est très impopulaire.

En clair, les meetings de campagne de Cameron pourraient avoir l’effet inverse de celui espéré par Londres, en galvanisant les indépendantistes et poussant dans leurs bras les derniers indécis, dont le choix sera déterminant.

Une question d’identité

Deux questions restent cependant à débattre. La première concerne, bien évidemment, le choix des Écossais. Compte-tenu des avancés promises en faveur de l’autonomie si le choix est celui du maintien dans l’union, cette question se résume désormais à l’identité à laquelle les électeurs souhaitent être associés.

En clair, sont-ils Écossais, ou se sentent-ils Britanniques ? Là aussi, David Cameron s’est tiré une balle dans le pied, en s’efforçant de démontrer que l’union britannique repose sur l’économie (ce qui, au passage, ne peut que faire sourire quand on connait ses positions sur l’UE).

Plus pragmatique (comme quoi les Anglais n’ont pas ce monopole), le champion de tennis Andy Murray déclarait il y a quelques années se sentir Écossais ou Britannique selon qu’il perd ou gagne ses matches. Comme il avait également annoncé, en marge de la Coupe du monde de football en 2006, soutenir toutes les équipes sauf celle de l’Angleterre, on aura compris où se situe le camp de la défaite pour ce natif d’Écosse, aujourd’hui adulé par le public britannique pour avoir offert Wimbledon à son pays depuis Fred Perry.

Et demain ? S’il est un sujet sur lequel il ne faut pas titiller les Écossais, c’est sans doute leur identité. Dès lors, plutôt qu’une autonomie, pourquoi ne privilégieraient-ils pas tout simplement une indépendance, plus nette, plus glorieuse, historique tout simplement.

Si le Yes l’emporte, l’Écosse ne sera pas ostracisée

La seconde question concerne l’attitude des autres pays, les membres de l’Union européenne surtout. Certes, toute ingérence dans les affaires intérieures d’un État n’est pas de mise, et certes une bonne diplomatie ne se lance pas dans des paris hasardeux.

Cette prudence ne doit cependant pas se traduire par l’absence d’une réflexion sur les conditions d’une intégration de l’Ecosse dans l’Union en cas de victoire du No, et encore moins par une ingérence de Bruxelles (Monsieur Barroso menaça de manière pour le moins explicite – et déplacée – l’Écosse de ne pas être acceptée dans l’UE en cas de victoire du Yes).

Ne nous voilons pas la face : si les indépendantistes l’emportent le 18 septembre, l’Écosse ne verra pas les portes de l’UE se fermer devant elle, pas plus que celles de l’Union monétaire si elle le souhaite, et moins encore celles de Westminster sur les négociations d’adhésion au Commonwealth.

Non, les Écossais ne seront pas isolés, ostracisés, marginalisés et, pour ne rien enlever, appauvris s’ils choisissent la voie de l’indépendance. Vivront-ils mieux ? C’est à eux et à eux seuls d’y répondre. Et c’est aux États membres de l’UE d’être préparés s’ils font ce choix.

source : nouvelobs.com

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laissez vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nous sommes..

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 201 autres abonnés

Articles a ne pas manquer

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

société

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

Les « maîtres » du monde ?!

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE :

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

EUROPE :

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

FRANCE :

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

Théorie du genre :

 SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

santé publique :

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

Religion

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

Satanisme :

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

Nouvelle Technologie

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

MUSIQUE :

PEOPLE ► Messages subliminaux dans les clips de rap, Maitre Gims "crache le morceau" (vidéos)

Le combat d’un homme :

► Bruno Boulefkhad, un homme qui se bat seul contre la Société Générale, jusqu’à la mort ?

Note a nos lecteurs :

Depuis le 15 avril toutes les publicités sur le blog sont indépendantes de notre volonté a l'exception du site technikpiecesautos.com partenaire direct de la #Stvirtuelle.
La rédaction de la #StreetTeleVirtuelle.

%d blogueurs aiment cette page :