Quand le Ku Klux Klan pendait des Noirs au nom de la suprématie chrétienne blanche, nul n’exigeait que les clergés chrétiens américains s’en désolidarisent. Au fil des trente années d’attentats de la Fraction armée rouge en Allemagne, nul ne réclama que la gauche allemande réaffirme son attachement à la démocratie. De même, plus près de nous, dans la France des années 1980, personne ne songea à soupçonner l’extrême gauche de ne pas assez rejeter les attentats d’Action directe. Pourquoi ? Parce que dans tous ces cas, considérer les seconds comme a priori suspects de sympathie pour les premiers, c’eût été absurde, ridicule, et pour tout dire idiot.

Par conséquent, comment se fait-il que depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, tant de voix s’élèvent pour sommer spécifiquement les dirigeants de l’islam français, et plus largement les musulmans de France, de condamner l’acte et de s’en désolidariser ? Ce raisonnement est tout à fait stupide. À ce compte-là, autant demander aux socialistes allemands de s’excuser pour le nazisme parce qu’il y a le mot «socialiste» dans «national-socialiste».

Ce n’est pas parce que quelqu’un met des mots-clés de vos croyances et de vos convictions sur ses actes barbares, que vous devez ensuite devenir a priori suspects de sympathie pour lui, sommé de crier votre désapprobation pour être disculpé.

Exiger spécifiquement des musulmans de France qu’ils condamnent cet acte, c’est enfermer ces Français dans un étiquetage religieux. C’est donc poser sur eux un regard qui n’est pas républicain. C’est aussi fantasmer sur une «communauté musulmane» au lieu de respecter l’individualité de ces Français. C’est donc être communautariste. Surtout, c’est mettre mentalement dans le même sac les Français musulmans et les terroristes obscurantistes-puritanistes. C’est donc aider ces derniers à installer de force en France la grille de lecture d’un «choc des civilisations».

Les millions de musulmans de France sont des gens sans histoires, qui ne demandent qu’à vivre en paix, qui sont aussi laïcs et républicains que n’importe qui, et que cet attentat horrifie comme tout un chacun. Il n’y a à les soupçonner de rien, ils n’ont à s’excuser de rien, et ils n’ont à se justifier de rien.

source : liberation.fr