vous lisez...
Etats-Unis, Eurasie, Europe, Nouvel Ordre Mondial, Russie, Ukraine, Vladimir Poutine

RUSSIE : Un héritage impérial nommé Eurasie

L’annonce par Vladimir Poutine du projet de création d’une Union eurasiatique au sein de l’espace postsoviétique a sonné comme un programme présidentiel.

J’ai ainsi entendu un diplomate occidental en livrer l’interprétation suivante : Poutine arrive comme antithèse de Medvedev et, donc, à la place de la modernisation, c’est-à-dire d’un développement intensif, il promeut un développement extensif, par l’investissement de nouveaux marchés et la progression de la présence russe. Selon d’autres versions, le futur président compte mettre à profit l’évident affaiblissement de l’Union européenne pour lancer une contre-offensive expansionniste afin de réaliser son ambition de restauration de l’empire. D’autres encore ont vu dans l’idée de Poutine une volonté de bâtir une union dans laquelle il apparaîtrait comme un grand démocrate par contraste avec de véritables autocrates. Certaines analyses sont tout de même positives, comme celle qui explique que l’on assiste à la première tentative depuis l’éclatement de l’URSS de proposer un modèle d’intégration répondant à une logique économique et potentiellement attractive pour les voisins de la Russie.

On peut multiplier les hypothèses à l’envi, mais à en juger par des signes indirects, de plus en plus nombreux, l’aspiration, que l’on prête traditionnellement à la Russie, à élargir sa sphère d’influence cède peu à peu le pas à d’autres considérations.
Les récentes dissensions avec le Tadjikistan, à la suite du lourd verdict prononcé à l’encontre d’un pilote russe et d’un Estonien [condamnés à huit ans de prison pour trafic, ils ont finalement été libérés au bout de quelques jours], ont montré que, lorsque les questions de prestige [national] étaient en jeu, les réactions instinctives l’emportaient aussitôt sur les schémas théoriques.

Pour être juste, il faut préciser que la campagne populaire contre les immigrés tadjiks [ils constituent une part importante des travailleurs immigrés des grandes villes russes] ne ressemble pas à celle qui avait visé les Géorgiens il y a cinq ans. Aujourd’hui, la plupart du temps, les attitudes restent correctes, si l’on ne tient pas compte bien sûr de la brusque découverte du Dr Onichtchenko [responsable des services sanitaires russes] sur l’état de santé des immigrés tadjiks [il les a opportunément accusés d’être des vecteurs du sida et de la tuberculose].

Compatriotes d’une autre culture

Cela dit, dans l’opinion, on se sent de moins en moins partie prenante d’un peuple qui fut autrefois uni [le peuple soviétique – près de 300 millions de personnes réparties dans quinze Républiques fédérées, jusqu’en 1991]. On l’a vu avec l’évolution d’autres anciens empires, l’Empire britannique par exemple, au désir d’expansion succède généralement un isolationnisme nationaliste né de la peur du changement. La popularité du slogan “On en a assez de nourrir le Caucase”, malgré toute sa charge destructrice contre l’intégrité de la Russie elle-même [le Caucase du Nord fait partie de la Fédération de Russie], montre bien qu’une certaine frange de la société n’est pas encline à l’expansion, mais au contraire prête à renoncer à des territoires peuplés de compatriotes de culture différente.

De même, au sommet de l’Etat, l’envie de hisser le drapeau à tout prix et de faire la démonstration que la Russie reste la grande puissance numéro un dans l’espace postsoviétique n’est plus ce qu’elle était. En tout cas, on voit beaucoup moins d’initiatives visant à se mêler de tout partout, qu’il s’agisse de conflits locaux, d’élections ou de processus politiques. Les calculs plus froids commencent à être la règle.

Dans le programme télévisé Conversation avec Vladimir Poutine – Suite, en décembre 2010, sur la chaîne Rossia, le Premier ministre avait soudain lâché que la Russie, qui représentait les deux tiers du potentiel total de l’URSS, aurait pu gagner à elle seule la Seconde Guerre mondiale et se passer de l’aide des autres Républiques. On peut dire que cette affirmation marque le rejet d’une notion postsoviétique canonique. Jusque-là, l’idée de la victoire de l’ensemble de l’Union durant la guerre constituait une légitimation des revendications russes visant à conserver la cohésion de l’ensemble du territoire de l’ex-URSS. En reléguant au second plan les quatorze autres Républiques, Vladimir Poutine a nié la nécessité de cette cohésion.

L’Ukraine, un partenaire idéal

Le paradoxe de l’Union eurasiatique est que son principal objectif n’est pas du tout l’Eurasie. Ce qu’elle désire avant tout, c’est intégrer l’Ukraine. Et, là non plus, il ne s’agit pas d’une ambition d’empire, mais de considérations tout à fait pratiques. L’une relève de la logique économique : sans l’Ukraine, l’union douanière et l’espace économique uni ne sont que d’intéressants prototypes d’unions intégrées ; avec l’Ukraine, qui dispose d’une économie diversifiée potentiellement forte, l’espace économique unifié devient une réalité avec laquelle les partenaires extérieurs devront compter.

La seconde raison a trait à ce que j’ai évoqué plus haut. La montée de la xénophobie en Russie signifie que bâtir une union intégrée exclusivement avec des pays d’Asie centrale accroîtrait les tensions. Dès lors, l’Ukraine est un partenaire idéal, puisque, comme celle de la Biélorussie, sa présence conférera aussitôt une aura de “slavité” à la nouvelle structure. Il serait même possible de forcer le trait en expliquant que ce rapprochement avec l’Ukraine permettra de remplacer les Asiatiques sur le marché russe du travail, mais, à terme, Ukraine et Russie vont être confrontées à des problèmes démographiques similaires et à un manque de main-d’œuvre [nationale].

Plus globalement, tout projet unanimement considéré comme une tentative de faire renaître l’URSS peut en fait se révéler un adieu définitif à l’Union soviétique. Ainsi, lors de certains débats d’experts, on peut entendre des propositions de se démarquer de l’Asie centrale en instaurant de vraies frontières et des contrôles. Ce sont des appels radicaux, mais qui correspondent parfaitement à la “mélancolie postcoloniale”, ainsi que le sociologue britannique Paul Gilroy qualifie la deuxième phase du syndrome postimpérial.
L’Union eurasiatique ne sera donc pas un retour à l’idée d’empire, mais marquera à l’inverse une nouvelle étape du renoncement à cette idée, dans une volonté de rassembler ce qui marche et de se délester des fardeaux. (Cependant, il ne sera pas possible de s’en défaire totalement, car aucune frontière n’arrêtera les flots d’immigrés en cas de crise incontrôlable.) Mais il s’agit là du prochain stade du démantèlement de l’héritage impérial. Et, sur le marché du travail en manque de bras de ce qui sera devenu l’Union eurasiatique, les places seront prises non plus par les ressortissants des nations postsoviétiques, mais par ceux d’un autre empire, l’empire du Milieu.

source : courrierinternational.com première publication 12/2011

Remarque :

On comprend mieux aujourd’hui l’intérêt que porte les États-Unis, l’Europe et la Russie à l’Ukraine..

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laissez vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nous sommes..

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 198 autres abonnés

Articles a ne pas manquer

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

SOCIÉTÉ ► Nietzsche, le Zoroastrisme et les anarchistes, des influences paradoxales ?

société

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

SOCIÉTÉ ► " à moins que l’on ne veuille que l’atrocité de Ferguson soit également engloutie et ne devienne pas plus qu’un irritant intestinal pour l’histoire, nous devons aborder la situation non comme un énième acte de racisme systémique, mais pour ce qu’elle est : une lutte des classes." Kareem Abdul-Jabbar

Les « maîtres » du monde ?!

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE ► La Banque des Règlements Internationaux le véritable "maitre" du monde

INTERNATIONALE :

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

DETTE PUBLIQUE ► Le FMI vient de donner son ‘feu vert’ pour une taxation de 10% de votre épargne

EUROPE :

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

ECONOMIE ► Le contrôle allemand des enjeux gaziers est la véritable cause du conflit avec la Russie ?

FRANCE :

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

FRANCE ► « En réalité, aujourd’hui, ceux qui commandent sont les États-Unis et Israël.. » Roland Dumas

Théorie du genre :

 SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

SOCIÉTÉ ►La théorie du genre ou la destruction de « l’hétérosexualité normative »

santé publique :

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

VIDEO ► La nourriture comme arme de stérilisation massive par Alex Jones

Religion

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

ISLAM ► Le bon comportement expliqué par ‘Ami Hassan imam à la mosquée de Aubervilliers (VIDÉO)

Satanisme :

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

MEDIAS ► Propagande satanique intentionnelle dans les médias par Anton Lavey (vidéo)

Nouvelle Technologie

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

BIG BROTHER ► La "Puce R.F.Id en poudre" un cauchemar devenu une réalité

MUSIQUE :

PEOPLE ► Messages subliminaux dans les clips de rap, Maitre Gims "crache le morceau" (vidéos)

Le combat d’un homme :

► Bruno Boulefkhad, un homme qui se bat seul contre la Société Générale, jusqu’à la mort ?

Note a nos lecteurs :

Depuis le 15 avril toutes les publicités sur le blog sont indépendantes de notre volonté a l'exception du site technikpiecesautos.com partenaire direct de la #Stvirtuelle.
La rédaction de la #StreetTeleVirtuelle.

%d blogueurs aiment cette page :